mercredi 15 octobre 2008

la Terre abandonnée

Quand je pense que je n'ai toujours pas vu ça:
Et que si ça se trouve, c'est le meilleur film de l'année...  enfin, surtout pour la première demi-heure apparemment, ce trip muet (entre 2001 et Buster Keaton, à ce que l'on promet) sur la Terre terrain vague...

J'y ai repensé en tombant par hasard, il y a deux jours, sur la toute fin de Woodstock (Michael Wadleigh 1970), ces solos d'Hendrix pour fermer le rideau et surtout, surtout, les tout tout tout derniers moments "the party is over" (pour les impatients, sur la vidéo, c'est à partir de 6 minutes) :


... tout derniers moments qui comme rarement m'ont transmis l'impression d'une dévastation, d'une descente post-trip, d'un évanouissement du mirage, d'un rêve qui vient de s'enfuir et nous laisse là, tous, seuls en pauvres hères claudiquants et impuissants. Et les notes hurlantes d'Hendrix de se transformer en la plus sauvage des élégies.
Deux extraits qui condensent la psyché de leur époque. 68 : une utopie fugace, quelque part "perdue d'avance", surtout déjà évanouie voire liquéfiée dans la boue du réel. 08 : l'algorienne angoisse post-Kyoto. Entre les deux, 40 ans où l'on est passé du rêve au cauchemar ? Sans doute pas si simple... Dans les deux cas, une Terre abandonnée. A reconquérir ?

Il me revient en mémoire qu'il en avait déjà parlé sur son blog... en évoquant Bartas qui transmet une impression plus paradoxale : une Terre vierge pas plus hostile qu'accueillante, mais tout de même sur ses gardes, sur laquelle il paraît délicat de s'aventurer, que l'on n'ose guère toucher, juste, juste effleurer des yeux... mais à peine.
Freedom (Sharunas Bartas 2000)

4 commentaires:

Ska a dit…

Wall-E = 2001 + Buster Keaton...
Non, faut pas exagérer quand même !
Ce sont des formules, des raccourcis de critiques (je sais de quoi je parle...).

Wall-E tranche, pour sa première demie-heure avec le tout-venant de la production hollywoodienne de films d'animation, c'est certain. Mais si on veut parler de solitude, de silence, on reste très loin - pour en rester au cinéma mainstream - de la première partie du Seul au monde de Zemeckis...

Oui, en fait, je crois bien que je n'ai pas beaucoup aimé Wall-E...

'33 a dit…

je suis decu, je croyais que tu allais parler de la terre abandonne, film sri lankais que je dois etre le seul a defendre avec JM Frodon et Abbas K.

Joachim a dit…

Ska
"Seul au monde", je n'en ai vu que des fragments à la télé, il est vrai, assez prometteur. Et puis quand je fais l'éloge de "Lost" (la série) on me réplique souvent qu'ils ont pas mal pompé le film de Zemeckis...

'33
Ce genre de mésaventure m'arrive souvent en lisant une certaine gazette culturelle. Je me souviens, par exemple, avoir été fort alléché par un "J'entends plus la guitare" sous lequel je pensais lire une analyse d'un des meilleurs films français des années 90. Que nenni ! En lieu et place d'une rencontre entre Philippe G. et Mireille P, j'y trouvais l'éloge d'un horrible album "d'un groupe de pop qui passe à l'électro" (le groupe bien surcoté, c'est "Autour de ... (prénom féminin)).

Sinon, est-ce que tu as vu le film de Bartas ? Il a un aspect décharné qui devrait (peut-être) te plaire. Mais il effraye aussi beaucoup de spectateurs. Avec Vincent O. et Leos C., je dois être l'un des seuls à vraiment aimer ce film.

Joachim a dit…

Après un petit passage dans les critiques presse d'Allociné, je constate que la Terre abandonnée est soutenue par Didier P, Isabelle R, Matthieu D, Hervé A, Dominique W, Veronique LB, Thierry C, Serge K, Pascal M et Bijan A.
Quant à Freedom, il compte comme défenseurs, Yann G, Jean R, Hélène R, un anonyme de Positif, Serge K, Louis G, Julien W et Jean-Michel F.

Comme quoi, les fans-clubs sont plus fournis que prévus.