mercredi 17 décembre 2008

Eternelles féminines

Prenant le relais de mes petits camarades (, et ), je transforme ce blog en chambre d'ado tapissée de posters de 20 actrices adorées. Pas tant des jugements sur des performances de jeu (et en essayant d'éviter les redites des précédentes listes), que plutôt 20 visages, 20 attitudes venues comme ça, sur le moment, et qui composent un puzzle fantasmatique... qui régalera peut-être quelque psychanalyste qui échouera un jour sur cette page.

 ***

Les femmes enfants plus fortes que les adultes (Giulletta Masina dans La Strada - Federico Fellini 1954)


Les épouses, les mères et les muses (Gena Rowlands dans Gloria - John Cassavetes 1980)


Les mamans parfaites (Cate Blanchett dans La vie aquatique - Wes Anderson 2005)


Celle qui, dès le premier plan, nous dévisage sereinement quand on dit d'elle : "God, she's beautiful..." (Barbara Hershey dans Hannah et ses soeurs Woody Allen 1986)


Celle dont le "visage peut justifier la vie d'un homme" (Leonor Silveira dans Val AbrahamManoel de Oliveira 1993)


Celle qui collectionne les hommes (Haydée Politoff dans La collectionneuse - Eric Rohmer 1967)

L'étoile filante (disparue en 2005) toute en alternance de force et de fragilité révélant aussi bien la grandeur que la lâcheté des amants (Eun-ju Lee dans La vierge mise à nu par ses prétendants - Hong Sang Soo 2000)


Celle qui peut tout porter et qui porte plus d'un film sur ses épaules (Audrey Hepburn dans Voyage à deux - Stanley Donen 1967)


Celle trop âgée pour nous et dont l'élégance paraît venir d'un autre temps, presque d'un autre siècle (Eleonora Rossi Drago dans Eté violent - Valerio Zurlini 1959)


Dans la douceur des fins d'été, les sourires des filles d'Orouët, les cousines des philippines (les filles dans les films de Jacques Rozier)

Le canon qui devient tordante après avoir bu des canons (Kim Basinger dans Blind Date - Blake Edwards 1987)  - Bon souvenir de cette "Party au féminin" mais comme le film paraît un peu oublié... De toute façon, ceux qui n'ont pas eu 14 ans en 1987 ne peuvent pas comprendre... 


Celle qui sait prendre la lumière du Nord (Harriet Anderson dans Monika - Ingmar Bergman 1953)


Celle dont le regard ne se fânera jamais sous les lumières artificielles (Mireille Perrier dans Elle a passé tant d'heures sous les sunlights - Philippe Garrel 1983)


Celle qui cherche à nouveau la lumière mais pour qui les films sont désormais trop petits (Gloria Swanson dans Sunset Boulevard - Billy Wilder 1950)

La fille aux alumettes (Kati Outinen dans les films d'Aki Kaurismaki)

La femme aux pétards (Mary-Louise Parker dans la série Weeds - Jenji Kohan 2005-2008)


Celle qui bat les hommes sur leur propre terrain (Barbara Stanwyck dans Forty Guns -  Samuel Fuller 1957)


Celle qui ne se laisse pas faire par les hommes (Constance Towers dans The naked kiss - Samuel Fuller 1964)


Celle qui est aussi forte dans le monojambisme que dans le bijambisme (Rose Mc Gowan dans Planet Terror - Robert Rodriguez 2007)


Celle dont le diaphane visage de sainte est une promesse à la lévitation (Deborah Unger dans Crash - David Cronenberg 1996 et Signs and Wonders - Jonathan Nossiter 2000 ou ici dans White noise - Geoffrey Sax 2005 sans doute un fort mauvais film, nonobstant ce splendide photogramme). 

11 commentaires:

Dr Orlof a dit…

Superbe! Ma liste est presque prête et il y aura quelques points communs (même si je n'ai pas sélectionné les adorables copines d'Orouët). Mais là encore, rien à jeter même si je ne connais pas une ou deux des actrices américaines que tu cites sur la fin (Deborah Unger, si!)

dasola a dit…

Bonsoir Joachim, ce choix (parmi les autres que j'ai vus) est celui qui me convient le mieux. Eleonora Drago Rossi, Giuletta Masina, Deborah Unger, bien entendu Audrey et Gena et toutes les autres : superbes. Merci et bonne soirée.

Edisdead a dit…

J'avais 16 ans en 87, j'aimais beaucoup ce "canon", mais j'ai raté ce film...
J'ai été à deux doigts de choisir Deborah Hunger (ou Maria Bello, autre créature Cronenbergienne tourneboulante), de même que j'aurai bien ajouté Mireille Perrier.
Mais bon sang ! un sacré oubli de ma part dans tout ça : Leonor Silveira.

Loryniel a dit…

(Merci pour ce post)
(un adorateur secret de Yi Yi)

laurence a dit…

Il y en a beaucoup que je ne connais pas mais de Giuletta à Geena je les imagine... prête à les retrouver multiples

Vincent a dit…

C'était vraiment une bonne idée ce jeu, je redécouvre plein de visages que j'avais presque oublié. Là encore, pas mal de passions communes, je me demande ce que devient Deborah Hunger, "Crash" c'était quelque chose. Mireille Perrier, je regrette qu'on ne la voit pas plus souvent.

Damien a dit…

Très bon choix, qui donne envie de connaître celles qu'on ne connaît pas (Leonor Silvera et Eleonora Rossi Drago), quoique j'avoue être peu sensible au charme de Mireille Perrier (quoique la photo ici choisie est fort belle)...

Ludovic a dit…

mais oui bon sang : Barbara Herschey !

D&D a dit…

Très agréables, toutes ces retrouvailles... Plus que ça, même... Et ça me fait particulièrement plaisir de voir que je ne suis pas le seul à penser à Deborah Kara Unger... Voilà bien quelqu'un dont je ne comprendrai jamais qu'on ne lui ait presque rien proposé à sa mesure depuis "Crash".

Seb B. a dit…

oui Deborah Unger...! quel bon goût de ne pas l'avoir oubliée... alors que tant de cinéastes l'ont oubliée...

Frederic a dit…

Je découvrais il y a quelques jours l'innéfable unijambiste Rose McGowan (Planet Terror) dans cette belle liste... mon camarade bidouilleur de vidéos DJLeClown (aka Philippe Maujard) vient de me la reservir en guise de carte de voeux video sur un bootleg de Zebra : je ne m'en remets toujours pas...
http://fr.youtube.com/watch?v=N2OWWYjDr9U