samedi 2 février 2008

Positif / Négatif , Pub / Non-pub

Entre la Porte de Pantin et la Porte de la Villette, sur les Grands Moulins de Pantin en chantier, la plus grande pub invisible d’Europe…

… un datamatrix, code barres en pixels noir et blanc cachant un lien web (et donc textes, pub et vidéos afférentes) que l’on peut activer via l’appareil photo du téléphone portable. Belle convergence technologique qui permet à la pub et au marketing de se targuer d’un nouvel oxymoron dont ils sont friands : marquer une présence imposante dans le paysage tout en se prévalant d’une plus grande discrétion visuelle. Quelle belle victoire que d’intégrer, au cœur même de sa stratégie, sa propre contestation, voire sa propre négation !

Ce triomphe de la pub invisible, c’est un peu le négatif de They Live - Invasion Los Angeles (John Carpenter 1988), dans lequel le héros John Nada (un nom pareil, ça ne s'invente pas) découvrait, par l’entremise d’une paire de lunettes, non seulement le vrai visage des yuppies reaganiens (les envahisseurs, ce sont eux !)….

…. mais surtout la quantité de propagande subliminale cachée dans le paysage commercial d’aujourd’hui.

Etrangement, cette mise à nu du paysage publicitaire trouve un autre négatif dans les photomontages d’Alain Bublex ... (ci-dessous Le Plan Voisin de Paris : V2 Circulaire Secteur 6)... ... qui mixent dess(e)ins inspirés d'architectes (Le Corbusier, Archigram, Rem Koolhaas) travailés par « l'utopie » - ça dépend pour qui -et trop-plein de marques. Impression étrange face à cet urbanisme effrayant, mais auquel on a fini par s’habituer, voire à y trouver un certain charme : une sorte de cauchemar pimpant. Mais comme chez Carpenter, l'étrange naît d'une science-fiction très prosaïque.

Pour en revenir au film de Carpenter, amusant aussi de voir comment ce film finalement pas si connu que ça a directement inspiré des actions militantes anti-pub en 2005.

Il est vrai que le gigantisme même de certains messages... ... paraissait nous sommer de ne pas nous laisser faire (publicité sur un immeuble, Porte de Pantin, fin 2005).

Surtout incroyable de s’apercevoir après un petit tour sur le Net que finalement les carpenteriennes lunettes « magiques » existent bien ...
...enfin presque.

Bon, pour écrire ce billet, je me suis largement inspiré de ce que j'ai lu ici sur un blog dont j’ai fréquenté un moment l’auteur, mais dont je n’ai pas eu de nouvelles depuis bien sept ou huit ans. Si par blogs interposés, on se reconnecte en virtuel ou en réel…

2 commentaires:

Frederic a dit…

Toi aussi, envahis les murs de la ville avec ton Tag publicitaire pour "365 jours ouvrables"...
http://qrcode.kaywa.com/

Cela dit, le montage de M.Bublex est criant de vérité... et me fait penser à ce que le Net est en train de devenir... les fournisseurs de services qui ne jurent plus que par la gratuité financée par la publicité nous préparent un avenir radieux (avec en plus de l'invasion visuelle, le charme des atteintes à la vie privée...)

Et clin d'oeil pour le rapporter à l'actualité, et songeant que Microsoft nous a aussi annoncé des outils bureautiques gratuits financés par la pub (de Yahoo ?)

Joachim a dit…

Plus je le vois, plus le photomontage de Bublex, je ne sais pas si je le trouve effrayant ou magnifique... Sans doute parce que le boulevard périphérique, c'est l'un des rares endroits où davantage de pub embellit plutôt le paysage. Et puis, Times Square, c'est quand même trippant aussi...