mardi 25 mars 2008

Du boulot pour Nicolas Princen...

Je ne dois pas être le premier à trouver ça dans ma boite mail, mais bon, on ne va jamais se priver d'une bonne blague:
Ca me rappelle un autre post dont j'ai eu l'idée, au moment du psychodrame des municipales à Neuilly et que je n'ai jamais osé posté... donc là, je retiens mon souffle, j'ai honte, mais honte... mais j'y vais.... Alors:

Petit jeu des sept erreurs:

A gauche: un minet de gauche

A droite: un minet de droite

Erreur 1: la couleur des cheveux

Erreur 2: le choix de la main à mettre dans les cheveux, indice de la sympathie politique

Ensuite, je sèche... Je paye un pot à celui qui me trouve donc les cinq erreurs restantes.

Ah, là, là, là, j'ai honte, mais j'ai honte....

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Erreur 3:
l'un est le beau-frère de la 1ère dame de France, l'autre est le beau-fils de la 1ère dame de France

(lequel des 2 a le plus honte?...)

Joachim a dit…

Ah oui, tiens, j'avais oublié les liens de parenté. (et d'ailleurs, est-ce que c'est toujours la même personne qui envoie des commentaires anonymes ?)

Alice a dit…

J'ai souvent pensé à Shreck I, le moment où Fiona appuie sur le bonhomme en plastique sur le gâteau pour l'enfoncer et revenir aux proportions entre lui et elle... Je ne suis pas assez douée/ assez patiente pour faire le montage, si ça te tente...

Alice a dit…

Pour les erreurs, il y a la chemise blanche contre le t-shirt noir, le bronzage riche contre la blancheur intello...

Edisdead a dit…

A gauche : Les chansons d'amour, à droite : On connaît la chanson ?

Joachim a dit…

Alice
Peu se souvenirs de Shrek, en fait...
Ed
Merci de cette confrontation qui m'a bien fait rire et qui, en effet, dit tout !

Dr Orlof a dit…

Point commun : les deux refont ce qu'ont fait leurs pères:
L'un : 68 dans "les amants réguliers"; l'autre, l'arrivisme et la trahison...

Joachim a dit…

C'est vrai que leur Oedipe reste à faire... Louis G ayant même été victime du complexe de Cronos (Saturne en grec) puisque "dévoré par son propre père" (ou plus simplement "suicidé" à la fin du film de son père)(film que j'aime beaucoup par ailleurs) (et je ne dis pas ça pour éviter les procès). Faut que Jean S fasse gaffe à ce que son père ne le scalpe pas politiquement (comme ce maire psychopathe de Puteaux dont j'ai oublié le nom et qui voulait faire la peau à sa fille).