samedi 7 juin 2008

Artiste et modèles (3) : Des chansons et des larmes

Parfois le cinéma, c'est simple. Un visage, une chanson, la mélancolie et la tristesse qui passe entre tout ça. Trois exemples pris dans trois courts-métrages.

***


La visiteuse (Jean-Claude Guiguet 1981)

Un chagrin que l'on croyait enfoui et qui ressurgit au rythme d'un si doux travelling.


***

Cindy, the doll is mine (Bertrand Bonello 2005)

Miroir, mon beau miroir, mimétisme de l'artiste et de la muse.
(, on peut voir le film en entier)

***

Compilation, douze instants d'amour non partagés
(Franck Beauvais 2007)

Pas d'extraits mais un titre qui dit tout et un dispositif qui consiste simplement en une succession de plans-portraits d'un jeune homme écoutant des chansons évoquant le rapport entre le réalisateur et son modèle:
Fait ainsi la connaissance de chansons inconnues: une d'Anne Sylvestre faisant résonner cette phrase étonnante : "tant pis pour la tendresse, mais merci pour les fesses" (à moins que ce ne soit l'inverse, je ne sais plus, si quelqu'un a les références...). Et puis cette chanson aussi. Et un très beau regard caméra final sur celle-là qui irriguait déjà Mauvais Sang (Leos Carax 1986).
Et puis si j'avais pu rajouter une dernière chanson, allez, celle-là qui elle-aussi, synthétise le rapport entre l'artiste et son modèle, peut-être même celui qui cimentait Serge et Brigitte d'ailleurs :



***
En fait, toute l'intensité de ces séquences avait déjà été (d)écrite dans cette autre magnifique chanson:

Why don't you sit right over there, we'll do a movie portrait
I'll turn the camera on and I won't even be there
A portrait that moves, you look great I think

(...)

Let's do a movie here next week
We don't have sound but you're so great
You don't have to speak
You've got the style it takes.

Style it takes (Lou Reed and John Cale 1990)

6 commentaires:

D&D a dit…

Hé bien... Voilà au moins deux courts que j'ai maintenant grande envie de découvrir...
Et ton billet me rappelle aussi qu'il y a lomgtemps que j'ai vu "le Mirage", et qu'il me manque.

Joachim a dit…

Le film de Bonello est sur Dailymotion (j'ai indiqué le lien).
Pour "la visiteuse", j'ai essayé de mettre aussi le fichier, mais je ne suis pas très doué. Je vais réessayer, mais je ne promets rien. C'est vrai que c'est sans doute l'un des courts-métrages parmi les plus sobrement accomplis.
Si tu veux voir le film, tu peux me contacter par mail, voir si le prêt de DVD est possible.
Sinon, je n'ai pas vu "le mirage" qui jouit d'une belle réputation alors que cela fait des années que je me suis promis de le voir. Ca viendra bien un jour.

D&D a dit…

Merci Joachim ;-) Je vais essayer d'acheter le DVD : si j'ai bien compris, "la visiteuse" fait partie d'un programme intitulé "l'archipel des amours", c'est bien ça ?...
Sinon, je te retourne la proposition : "le mirage", je l'ai, si ça t'intéresse.

Joachim a dit…

Il fait effectivement d'un film collectif "l'archipel des amours", mais qui ne doit pas exister en DVD. En revanche, il figure en bonus sur "Faubourg Saint-Martin", le deuxième LM de Guiguet que j'ai réussi à dénicher sur le Net. Comme il ne doit pas être facile à dénicher, l'échange de DVD me semble effectivement une belle opportunité de rencontre... N'hésite donc pas à m'envoyer un mail, d'autant plus que j'ai été fort sensible (et fort flatté aussi) à tes remarques sur mes propres courts. A la prochaine donc.

Mononoké a dit…

Pour ce qui est de la chanson d'Anne Sylvestre, le titre, excellent et dont je ne me lasse pas, est "les gens qui doutent".
...merci pour la tendresse et tant pis pour vos fesses...
Merci pour ton blog.

PS: si tu veux je peux te l'envoyer mais il faudrait ton adresse... laisse un commentaire sur mon blog dans ce cas.

Joachim a dit…

Merci chère Mononoké
J'ai retrouvé la chanson grâce à Deezer. L'oeuvre d'Anne Sylvestre recèle de beaux trésors cachés pour les enfants comme pour les adultes.