mardi 8 juillet 2008

A la recherche des anciennes stars

Pas que Julien Doré dans la vie quand même...



Konkurs (Milos Forman 1963)

Et du même, huit ans plus tard, le quasi remake version américaine :


Taking off (Milos Forman 1971)


Qu'est-ce qui rend ces séquences si délicieuses ? Peut-être simplement qu'au-delà de l'ironie (et l'ironie, c'est plutôt facile, c'est aussi là-dessus que Nouvelle Star bâtit une partie de son succès), c'est l'humanité de ce rébus musical qui saute aux yeux : autant de visages scrutés et regardés, restitués dans leurs doutes et leurs élans. Quand bien même, certains ne prononcent que quelques syllabes, ils existent à l'écran. Et puis, au hasard, des vrais visages de stars, entre deux sosies de Joan Baez, de troublantes previews de Björk, Abba ou Amy Winehouse.


Bon, allez, comme on ne s'en lasse pas, encore un extrait :



Pour ceux qui se demandent s'ils ont bien entendu : les paroles (en bas de cette page).

Pour ceux qui se demandent comment d'aussi vilains mots ne parviennent pas à salir un aussi beau visage, disons que c'est là toute l'équilibre de Forman entre innocence et causticité, cynisme madré et idéalisme juvénile. Particulièrement dans Taking off, son premier film américain, "lettre persane" d'un dissident de l'Est qui découvre une autre contestation: celle du flower power. Quand deux dissidences se croisent, croyez-vous qu'elles se dissolvent ? Que nenni ! Elles se diligentent.

3 commentaires:

Stc a dit…

J'ai énormément d'affection pour ce tendre Taking Off. Toujours inédit en DVD, right ?

Joachim a dit…

Oui, mais il figure au catalogue de Carlotta, ce qui signifie sans doute de prochaines réjouissances en salle et en coffret.

Edisdead a dit…

Réjouissance que j'attends depuis longtemps, "Taking off" étant pour moi le chaînon manquant dans la filmographie d'un auteur qui me passionne.
Merci pour les extraits.